Sortie du prochain livre de Matthieu Ricard : "Plaidoyer pour les animaux", le 09 octobre 2014 aux Editions Allary
http://www.allary-editions.fr/publication/plaidoyer-pour-les-animaux/

Dernier billet du blog

Le Respect: pensées

Donner toute son importance à la valeur de l’autre
Respecter l’autre, lui accorder de la valeur et être concerné par sa situation, voilà autant de composantes essentielles de l’altruisme. Lorsque cette attitude prévaut en nous, elle se manifeste sous la forme de la bienveillance envers ceux qui pénètrent dans le champ de notre attention et elle se traduit par la disponibilité et la volonté de prendre soin d’eux. Tout au moins éviterons-nous de leur causer du tort. À l’inverse, si nous accordons peu de valeur à l’autre, il nous sera indifférent : nous ne tiendrons aucun compte de ses besoins ; peut-être ne les remarquerons-nous même pas.

Respecter la différence
Respecter l’autre c’est aussi être conscient des aspirations qui lui sont propres et qui sont souvent différentes des nôtres. Selon le philosophe Alexandre Jollien : « La première qualité de l’amour altruiste, c’est d’être à l’écoute attentive des besoins de l’autre. »(i) Trop souvent, on se fait une idée du bien et on la plaque sur autrui. Respecter l’autre, c’est exercer notre bienveillance de façon appropriée selon les circonstances pour répondre aux besoins particuliers de l’autre.

Respecter l’autre en se réjouissant de son bonheur et de ses accomplissements
La réjouissance consiste à éprouver du fond du cœur une joie sincère face aux accomplissements et aux qualités d’autrui, envers ceux qui œuvrent au bien d’autrui et dont les projets bienfaisants sont couronnés de succès, ceux qui ont réalisé leurs aspirations au prix d’efforts persévérants, et ceux encore qui possèdent de multiples talents. Cette faculté de respecter et de se féliciter des qualités d’autrui sert également d’antidote à la comparaison sociale, à l’envie et à la jalousie. Elle constitue également un remède à une vision sombre et désespérée du monde et de l’humanité.

Le manque de respect de l’autre peut conduire aux pires atrocités
En manquant de respect pour l’autre, on commence par le dévaloriser, puis peu à peu, sous l’effet de la haine, de la peur et du dégoût — autant de forces contraires au respect de l’autre — à le déshumaniser, voire le diaboliser. Lorsque la valeur d’un groupe d’individus est dégradée dans l’esprit des membres d’un autre groupe, chaque individu du groupe dévalorisé devient quantité négligeable. Il est dorénavant perçu telle une unité abstraite considérée comme nuisible ou exploitable à volonté. Un slogan des Khmers annonçait à ceux qu’ils éliminaient en masse : « Vous garder n’est pas un avantage, vous détruire n’est pas une perte.?» Outre la persécution, ce processus de dévalorisation peut également conduire à l’instrumentalisation des individus : les humains deviennent des esclaves et les animaux des produits alimentaires.
Les auteurs de massacres de masse utilisent les mêmes métaphores partout dans le monde. Les objets de leur haine deviennent autant de rats, de cafards, de singes ou de chiens. Impures et répugnantes – car un « sang mauvais?» coule dans leurs veines –, les victimes contaminent le reste de la population et doivent donc être éliminées au plus vite.
Il faut donc oser respecter l’autre en ayant le courage de s’ouvrir à lui avec bienveillance, en évitant de l’instrumentaliser au service de nos intérêts personnels. Respecter l’autre, c’est aussi, ne l’oublions pas, respecter et prendre sérieusement en compte le sort des générations futures, ce qui exige de ne pas endommager aujourd’hui la planète qui sera la leur demain.

i: Lors d’une conversation personelle.

Karuna-Shechen



Mr Ks
Découvrez l'association de Matthieu Ricard :

Sourire de la semaine

70
La femme la plus heureuse du monde? (Golok, Tibet oriental, 2010)

Pensée de la semaine

Le don, même infime, produit de grands effets ; La richesse, même grande, ne fait guère de bien. Même si, généreux autrefois, je suis riche dans cette vie, En ne donnant rien dans cette vie je serai pauvre dans la prochaine.
MIPHAM RINPOCHE (1846-1912)
Extrait de "The expanded redaction of the complete works of 'Ju Mi-pham Series", vol. 27 "The Rdzong-sar prints of the writings of 'Jam-mgon 'Ju Mi-pham-rgya-mtsho", Shechen Publications, Delhi, 1984.
Recevoir la pensée de la semaine, le sourire de la semaine et tous les billets du blog